logo

[Article] « L’Homme de la Jungle », Sumatra Indonesia

"L'Homme de la Jungle"

On commence par un bon petit déjeuner pour avoir plein d’énergie ! Muesli maison, coconut rapée et fruit frais ! Ca c’est un vrai régale ! A 8h30 on se met en route pour notre trek de deux jours et une nuit dans la jungle de Gunung Leuser National Park ! On est accompagné de deux hollandaises et de deux guides indonésiens très amusants. On traverse le village de Bukit Lawang, la rivière par un pont suspendu puis on passe de l’autre côté de la « colline ». On est déjà dégoulinant de sueur lorsqu’on passe la porte d’entrée du parc.

Dès la première minute, on tombe sur une bande de Thomas Leaf Monkeys, une espèce endémique de la jungle de Sumatra. Ces singes ont une très longue queue qui leur permet de faire des bonds jusqu’à une dizaine de mètres pour se déplacer sur terre et d’arbre en arbre. Ils se nourrissent essentiellement de feuilles et ont initialement été observé par un Australien prénommé Thomas, d’où leur nom !! On passe un bon moment à les observer et les photographier, ils sont vraiment magnifiques ! Il y a même un bébé aux grandes oreilles qui nous amuse beaucoup.

Il est temps de marcher un peu ! Avant de s’enfoncer dans la jungle, on traverse une petite plantation de Rubber Trees. On peut voir comment la sève est récoltée avant d’être manufacturée.

Au bout d’à peine une demi-heure, on nous propose de déposer nos sacs et de ne garder que nos appareils photos. Un guide nous accompagne pendant que l’autre reste défendre nos sacs face aux singes ! Une maman Orang Outan et son bébé ont été repérés un peu plus bas.

Jusqu’à 2016, il y avait à proximité du village des plateformes de nourrissage pour attirer les Orangs Outans à heures fixes. Les touristes pouvaient alors les observer sans se fatiguer et même les nourrir … L’organisation WWF et le gouvernement Indonésien ont mis fin à cette pratique ! D’une part parce que les Orangs Outans trainaient autour des zones habitées et détruisaient les récoltes des fermiers locaux. D’autre part, pour protéger les derniers individus de cette espèce, leurs habitats et leurs permettre de continuer de vivre à l’état sauvage. Certains Orangs Outans sont dit semi-sauvages car ils avaient l’habitude de venir aux plateformes et réapprennent maintenant à se nourrir par eux même dans la jungle. C’est pour ça qu’on a évité d’avoir nos sacs à dos face aux animaux car cela les attirent et qu’il est plus prudent de garder une distance de sécurité.

On a donc rencontré nos deux Orangs Outans très rapidement. Au début ils étaient assez loin dans les feuillages et comme on était proche de l’entrée du parc, beaucoup de personnes étaient là pour les observer. On était un peu déçu. Mais en patientant un peu, on a été un peu moins nombreux et c’est eux qui se sont rapprochés pour nous observer. Le bébé de trois ans était vraiment farceur !

On les a quittés pour rencontrer « le gros mal », c’est le Papa ! Il est très impressionnant. Son regard est puissant et sa carrure imposante. On l’a trouvé fascinant et captivant. On a ensuite aperçu sa femelle venant à sa rencontre. Elle était très agile mais un peu timide.

Grands Singes tout comme les gorilles et … les humains. Sur terre, ils se déplacent comme nous en marchant. D’arbre en arbre, ils utilisent leurs longs bras pour se tracter ainsi que leur souplesse et leur agilité ! Les lianes leurs sont indispensables ! En Indonésien, Orang Outan signifie « Homme de la Jungle ».

On a eu un petit creux et par chance, c’était l’heure du « Jungle Birthday Cake » de Nina ! Une magnifique salade de fruits : bananes, ananas, mandarines et fruits de la passion. Cela a attiré les macaques communs et à queue de cochon.

Dans l’après midi, on a marché en direction de notre campement. On n’a pas eu la chance de croiser la route d’autres Orangs Outans malgré les appels gutturaux de nos guides. On est très content d’avoir vu des nids d’Orangs Outans, de nombreuses autres espèces de singes et surtout des Hornbills. On avait chassé ces oiseaux à Khao Yai en Thailand et à Taman Negara en Malaisie mais sans grand succès. Ici on en a croisé plusieurs qu’on a même eu le temps d’observer un moment.

La partie randonnée était physique mais moins insurmontable que ce que l’on pensait. Pas de sangsue, pas trop de moustiques, une chaleur agréable et une humidité supportable : facile ! Notre campement était installé au bord de la rivière. On en a profité pour faire une baignade bien rafraichissante avant de se détendre autour d’un thé !

Au petit matin, pendant que notre cuisinier s’affaire à faire nos repas de la journée, c’est une bande de Thomas Leaf Monkeys puis de macaques à longue queue qui viennent nous faire l’animation sur la rive d’en face. On passe un super moment avant de se remettre en route. On tombe rapidement sur trois Orangs Outans : un male, une femelle et un bébé ! On marche maintenant en direction de la grande rivière, après une descente vertigineuse on se repose un peu au pied d’une cascade.

Là, c’est une nouvelle maman Orang Outan et son bébé qui viennent nous observer. On les intéresse vraiment beaucoup… Ils décident de nous suivre… On nous fait avancer rapidement pour garder une distance de sécurité... Ca se transforme un peu en course poursuite ! Un peu stressant quand même parce que la maman a un bon gabarit ! Finalement on atteint une piscine naturelle où on a un peu plus d’espace pour s’observer mutuellement. La maman nous regarde de loin, souriante. Le bébé plus curieux s’approche et commence à poser pour nous. Quand on avance, il avance aussi et trouve une nouvelle pose pour nous séduire ! On est sous le charme ! Pas facile de s’éloigner ! On aura passé un magnifique moment.

On termine cette excellente expérience par un bon repas au bord de la rivière. On embarque ensuite sur notre super raft pneumatique pour rejoindre le village en aval. Par moment ça secoue et ça mouille, à d’autre c’est simplement paisible et splendide.

2 thoughts on “[Article] « L’Homme de la Jungle », Sumatra Indonesia”

Répondre à Mam Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *